Ironman de Vichy le 27 Août 2017

Ou un Ironman pour une blonde 

4h45 le réveil sonne, j'ai pas mal dormi par rapport au reste de la semaine. Je me réveillais plusieurs fois imaginant que j'avais oublié quelque chose.

Un bon petit dej, ça passe bien, j'ai faim. Et hop, on part sur Vichy. nous avons 20 min de route.

Aujourd'hui c'est mon objectif de saison: l'Ironman de Vichy

5h45 Arrivée sur le lieu de la course. En sortant du parking, je me rends compte que j'ai oublié ma montre. L'horreur !!!! Loic retourne vite à la maison la chercher, sera-t'il dans les temps avant le départ de la course ?

Du coup, je vais poser mon ravito et mes bidons au parc à vélo. 

En arrivant au parc, je me rappelle que je suis dans la troisième rangée de vélo à hauteur des deux grands arbres et de la tour en face de la berge. Je me dis que je ne suis vraiment pas réveillée car je tourne et je tourne, ne retrouvant pas mon vélo. En plus, il fait nuit. Je me mets à décompter tous les numéros et là je retrouve mon vélo absolument pas à la place où je l'avais mis hier. La grosse boulette de blonde, je l'avais posé sur le numéro 504 au lieu du 405. 

Je gonfle mes pneus, graisse ma chaîne (leçon retenue de Majorque), Pose mes bidons et ma pochette avec à manger dedans.

Je vais au sac poser mon haut de maillot avec les poches remplies. il faut dire que je vais me faire un petit pic-nic sur la journée.

Je vais donner mon sac orange (ravito perso vélo) aux bénévoles et retourne vers la sortie.

Je croise les doigts pour que Loïc est les filles soient de retour. J'entends l'animateur qui appelle les athlètes à se présenter dans les cases de départ. "Ne stresse pas Cath " Je me dis. J'en profite pour me centrer et faire des respirations. On va dire que c'est pas du luxe car mon ancrage n'est pas bon, vu les boulettes que j'enchaîne. 

J'aurais bien fait l'épreuve à la sensation mais sur une grosse épreuve comme ça, ça risque d'être compliqué.

Ouf, ils sont là. Je mets ma montre, des gros câlins de force,d'amour et c'est parti.

 

Départ natation

Je prends la file d'attente, ça a l'air d'avancer vite.

Je regarde dans quel sens partent les nageurs. Au point où j'en suis, j'aurais encore pu me perdre.

La tension est palpable chez les athlètes, je croise les regards de filles. Elles me font signe qu'elles stressent elles aussi. Pour moi du coup, tout va bien. J'ai passé mon coup de stress. Je suis détendue et j'ai envie d'y aller.

Nous avons pour consigne de ne pas courir sur le ponton, que le chrono s'enclenche au passage sous l'arche. Un plongeon dans l'Allier et c'est parti pour le première boucle de 1900m de natation.  

Les lunettes étant mises comme la blonde à l'ironman, il va de soit que de l'eau rentre dedans. Un petit coup sur le dos pour les remettre et ça y est, je vais peux être nager.

L'eau est marron foncé. ça me fait penser à Machilly en un peu moins vaseux. Il paraît qu'il y a des thermes à Vichy, ça doit être bon pour la peau.

L'eau est trop chaude, la combi est interdite. Ce qui à la base m'arrange mais là, je trouve long. Ma montre sonne toutes les 10 minutes et je sens que je n'avance pas.

Il y a pas mal de bagarre je trouve. On se fonce souvent dessus.

Il y a des algues bizarres qui piquent parfois. Mon corps en a plein de petites coupures. 

On fait une petite sortie de l'eau à l'Australienne. Un petit plongeon et hop c'est reparti pour à nouveau 1900m de natation. Enfin, normalement... Il y a plus. Je me retrouve à la fin avec plus de 4000m au total. 

L'arrivée enfin !!! Et là, je me paie une crampe au mollet droit. Je cherche le fond pour m'appuyer mais j'ai pas pieds. Un gars a côté de moi m'aide. ouf, j'ai failli me noyer.

Je sors de l'eau en 1h31. Une catastrophe. J'ai super mal nagé.

Comment courir à la transition avec une crampe... Hummm 

 

Transition 1

Je cours sur le tapis direction les sacs. Cette fois, j'suis bien. Deuxième ligne, sept pans de mur et à droite mes sacs. Je prends le bleu et file dans la tente fille.

J'enfile mon haut de maillot, mets mes chaussures de vélo et mon dossard et cours vers mon vélo. Une petite hésitation sur son emplacement, décidément... Mets mon casque et lunettes et roule ma poule.

A croire que j'ai été plus efficace sur la transition que la natation. 

 

Parcours vélo

Le parcours vélo est décomposé de 2 boucles de 90km. Je l'ai reconnu deux fois, je le trouve facile. En comparaison aux cyclo que j'ai fait cette saison. 

Il pleut un petit peu. Si seulement c'était possible sur la course à pieds. Ce n'est pas ce qu'il est attendu malheureusement.

Par contre, le vent n'était pas attendu mais il fait la surprise de pointer le bout de son nez :/ 

Mes abducteurs et mes quadri me tiraillent. J'ai les muscles tendus. Je vais commencer à avoir de bonnes sensations qu'à partir du km35.

Je pense à bien m'alimenter. J'ai cette tendance à me contenter de boire mais vu ce qui m'attend après, faut rester prudente. Je m'arrose souvent la tête, j'ai juste oublié que j'avais des tucs dans la pochette sur le vélo. Quand j'ai mis la main dedans, c'était de la purée de tucs. Beurk. Je me suis léchée les doigts histoire de me laver.

J'ai bien décomposé les portions de parcours dans ma tête, ça passe vite. J'arrive au km70 où la bosse nous attend. Elle passe bien pour moi en tout cas. Il y a un gros costaud qui sèche totalement dedans. 

La partie dans la forêt est sympa, un peu valloné, ça change de décors. 

Derrière suit une longue descente avant de rejoindre Vichy et d'attaquer la deuxième boucle.

J'arrive au km90. M'arrête au ravito où se trouve mon sac perso. Vide mes poches et remplis avec la suite. Un passage aux toilettes et c'est reparti.

Le vent est un peu plus fort que tout à l'heure. On l'a de face dans la partie découverte et de dos sur le retour dans la partie boisée, autant dire qu'on ne l'a pas souvent dans le dos.

Il y a des enfants sur le bord de la route dans les villages qui t'encouragent. Je leur crie: "A l'année prochaine !!!" Ils me répondent: ok !!! 

J'arrive sur la bosse, je sens qu'elle passe avec un tout petit poil de difficulté que tout à l'heure, mais je me gère. Le but étant de ne pas me mettre dans le lactique, je ne dépasse pas les 150 watts. Je me suis bien gérée sur le parcours, ça passe comme une lettre à la poste.

je redescends sur Vichy et me rapproche de l'hippodrome.

Le vélo est passé vite. J'ai mis 6h09. Je suis assez contente. Compte tenu du fait que j'ai perdu du poids cette année, je sens que j'ai moins de force. Il me faut encore un peu de temps pour stabiliser cela avant de retrouver plus de force.

Transition 2

Je défais mes chaussures sur le vélo et trottine à côté.  

Les petits cailloux sous le tapis me font mal aux pieds. Je me tortille dans tout les sens. 

Loïc et mes poulettes sont là, c'est trop cool !!! 

Je pose mon vélo, chope mon sac rouge et fille à la tente fille.

Je mets mes chaussettes et baskets. Je m'arrose pour enlever ce sel qui me brûle la peau. T'as une bénévole qui arrive dans la tente et qui dit: "Non mais, elle va pas prendre une douche là, elle !"  Heu... Heu... J'ai été cool, j'ai pas sorti le gel douche.

Un passage aux toilettes et c'est parti.

Le fameux Marathon

Allez ce n'est que 4 boucles de 10,5km voyons...

Il fait chaud et le long de l'Allier c'est pire. 

1ère boucle :

Je croise Loïc et mes filles qui m'encouragent, ça fait du bien au coeur.

J'ai du mal à me mettre dedans, cette longue ligne droite pour aller chercher le pont me sape le moral. il faut que je trouve un truc pour décomposer sinon, je ne vais pas y arriver. 

Je pense alors aux enfants, mais comment faire pour que cela me porte. Je choisis de penser aux enfants de l'école de triathlon. De passer chaque km avec chacun d'eux.

Je commence avec Fantine qui a toujours du mal à se mettre dedans en course à pieds. Je cherche en moi qu'est ce que je lui conseillerais dans ces moments là. Le km suivant est pour Fleur, je l'encourage et lui donne mon retour. Elle se construit à travers ça. 

J'arrive sous le pont et c'est au tour de la joyeuse Sophie, je dois en avoir le sourire aux lèvres tellement sa joie de vivre est communicative.

En haut du pont, j'emmène les jumelles avec moi. Ce sont des chipies, elles me font rire. Elles rigolaient moins le long de l'Allier où le cagnard se faisait bien sentir.

Je croise Lénaïc, ça fait du bien de voir des têtes connues.

Une fois sous les arbres dans le parc, c'est au tour de Jade. Heureusement, ça descend légèrement, sinon elle aurait encore rouspété.

Viens au tour de Noé de venir avec moi. Noé, rêve de faire un ironman. J'ai pensé très fort à lui sur le vélo. Un jour Noé, je viendrais avec toi pour ton premier Iron !!! 

On passe dans le centre de Vichy sous les tonnelles blanches. C'est joli. Il y a des pavés par terre. Il faut bien lever les pieds. Je pense à Flora et sa belle foulée en course à pieds.

Retour vers la route qui longe l'Allier direction le pont de l'Europe.

C'est Hugo qui m'accompagne. Cette partie là en ligne droite est dur moralement, mais Hugo lui, il ne lâche jamais rien. Alors, je fais pareil.

J'arrive au pont de l'Europe. C'est au tour de Mathieu d'être là. Mathieu, il veut toujours aller vite... ça tombe bien, Fred m'avait dit quand tu te sens molle accelère quelques mètres pour regagner en dynamisme. Merci Mathieu.

Petite descente raide après le pont où il faudra rester vigilante aux prochains passages. 

Je termine cette boucle avec Loick. C'est la force tranquille. 

Le passage sur le tapis rouge et noir est dur psychologiquement. Et dire que je dois passer encore 2 fois de plus avant de passer sous l'arche. Il ne faut pas y penser.

J'attrape mon premier chouchou, le bleu.

2ème boucle:

J'ai une douleur sous le pied depuis le début de la semaine. Est ce que c'est dû à la baisse de régime des entraînements ? Le corps qui lâche ? Pas facile de savoir. Ce qui est sûr, c'est que cela m'a bien inquiété toute la semaine. J'ai vu un kiné qui m'a dit que c'était une tendinite de l'aponévrose plantaire. Génial !!! 

Vers la moitié de la première boucle, cette douleur s'est réveillée. Il parait que tu ne la sens pas à chaud. Mon oeil !!! Je me concentre sur ma foulée pour éviter que cela ne s'aggrave. 

Je passe le long de l'Allier et je revois mon doudou et mes filles. Je lui dis que j'ai mal aux pieds et continue ma route.

Je suis partie avec le kamelbak pour éviter de marcher aux ravitos. Sauf que là, je m'arrête aux douches à chaque fois. Le sel me gêne et il fait bien trop chaud, je craque et je marche. La douleur au pied s'est calmé, ce sont mes cuisses qui me brûlent maintenant.

J'ai un gros coup de moins bien sur cette boucle là. C'est dur. Et dire que je ne n'ai pas fait la moitié du marathon. J'suis vraiment mal.

Je termine ma boucle en repassant sur le tapis rouge et attrape mon deuxième chouchou, le jaune.

3ème boucle :

Je retrouve au même endroit mes proches. J'enlève le kamelbak, demande à Loïc de marcher un moment avec moi. Il sent que ça ne va pas. Il me dit que si j'ai envie de craquer que je pense à lui, que je n'ai pas fait tout cela pour rien. 

Je repars. Et oui, je pense fort à lui. Je sais qu'il aime la compet, qu'il aime le vélo. Mais ça fait plus d'un an qu'il est bléssé. Personne ne trouve réellement ce qu'il a. Personne n'arrive à le soigner. C'est très dur psychologiquement. Je n'ai pas de grosses douleurs physiques handicapantes, alors j'arrête de me plaindre... Pour lui .... je n'ai pas le droit !! et je cours ....

Je me sens mieux sur cette boucle, même si les reprises de course à pieds après les ravitos se font de plus en plus difficiles. Les jambes sont lourdes.

Je termine cette boucle par le tapis rouge et attrape mon dernier chouchou, le rouge.

4ème boucle :

Le dernier chouchou a toujours un goût de ligne d'arrivée. Là, je ne le savoure pas plus que ça. Mes jambes sont de plus en plus douloureuses. Je prends sur moi, je sais que la douleur va être l'histoire de quelques heures. Après, ce sera de l'histoire ancienne. (je m'en rappelerais suite à ce récit ;) )

Je pense à remercier les bénévoles des ravitos sur le parcours. Ils sont supers !!! 

Je leur dit à l'année prochaine. Je reviendrais mais sur le Half. Je vais le croquer ce half après avoir fait le full.

Dans le passage dans le centre ville, je croise Jérôme. Il n'est pas loin de moi en fait. 

Je regarde ma montre et là, je vois que je suis dans les 12h00 de course. Il me reste 6km à faire. OUha !! c'est cool. 

Du coup, j'ai de moins en moins envie de lâcher. Je m'accroche très fort. Au delà de tout ce que mon corps peut me faire ressentir.

Je pense à tout, aux enfants, à Terre des Hommes... Tout ce qui me donne encore un peu de force.

J'arrive vers le tapis rouge et là, tout mon être lâche, j'ai trop envie de pleurer. Ce ne sont pas des larmes de joie mais de souffrance. J'ai tenu bon. 

Je passe la ligne d'arrivée en 12h46 !!!! Quand le présentateur crie: YOU ARE AN IRONMAN !!!! 

 

Je rejoins mes proches et pleure dans leur bras. C'était vraiment dur. Le présentateur arrive car il parait que ma fille à un truc à me dire, elle prend le micro pour dire: Maman, On t'aime !!! Et là, une raison de plus de pleurer.

Je récupère ma médaille.

Vais chercher mon t-shirt de FINISHER. Il est noir. Je dis au gars qui me le donne: c'était trop dur !!! Il me répond que le t-shirt sera  la symbolique de cette souffrance.

Je passe aux kinés me requinquer les jambes avant d'aller manger un petit bout.

 

Bilan de cet Ironman: 

Arrêter d'être tête en l'air.

Une natation pourrie et je ne sais même pas pourquoi.

Un vélo bien géré.

Une course à pieds qui peut mieux faire, mais déjà avec de beaux progrès. 

30 min de mieux que sur mon dernier Iron.

J'ai hâte de débriefer avec Fred afin d'orienter les entraînements pour la suite.

 

Merci Fred pour la prépa. Même si comme tu le dis, tu n'as pas couru. C'est toi qui m'a accompagné et entraîné (pour ne pas dire: Supporté) jusque là.

Merci à toutes les personnes qui m'ont soutenu dans le projet de Terre des Hommes 

Merci à Frederic et Souad de Terre des Hommes

Merci à mon amour qui est juste extraordinaire au quotidien et encore plus dans mes projets perso. Je commence à avoir quelques courses à te devoir ;)

Merci mes poulettes de me soutenir dans cette aventure

Merci à mon incroyable équipe de Fleurs de Coton !!! Vous êtes les meilleures !!!

Merci à tous de votre soutien.

 

A très vite 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir